Carnet de voyage en Malaisie

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email
Partager sur whatsapp

La Malaisie nous fait découvrir “les milles facettes d’une vie colorée, archaïque et neuve, traditionnelle et efficiente. Que de contrastes entre Kuala Lumpur et Bornéo, par exemple, et Penang et la Côte Est ! Que de contrastes entre Malais, Chinois, Indiens et aborigènes ! (…) Partons vers le soleil, vers le pays de l’éternel été, vers la riante Malaisie que ses plages bordées de cocotiers, son folklore et la gentillesse innée de ses habitants font resplendir comme un joyaux !… ” (Guy Saint Clair, La Malaisie, miroir de l’Asie)

Sur le quai de la gare nous pestons contre le train qui est en retard. Nous avons du mal a supporter la température, à peine au dessus de zéro. La perspective de rejoindre les tropiques nous aide à prendre notre mal en patience. Nous rejoignons Nice à la veille du départ, l’avion décolle le lendemain matin. Sur le trajet, j’essaie déjà d’imaginer à quoi va ressembler notre arrivée, j’attends avec impatience les premiers instants en terre Malaise. Il m’est impossible de faire quoi que ce soit pour le moment, j’ai bien encore quelques pages du guide à lire mais l’excitation est trop grande. Je zappe frénétiquement de station en station sur la radio de mon téléphone portable. J’essaie de me plonger dans les émissions de France Info pour tenter de penser à autre chose. Rien à faire d’autant plus que la réception est mauvaise.

Notre voyage en Malaisie débute à Kuala Lumpur et remonte vers le nord par la côte ouest jusqu’au sud de la Thaïlande. Nous avons voyager durant trois semaines à bord de bus, trains, bateaux, parfois en taxi même sur des longues distances. Se déplacer n’est pas cher en soit. On préfère le train au bus pour son confort, mais les trajets par voie ferrée son long, les trains dépassent rarement les soixante kilomètres heures. Les bus sont rapides mais leur état est parfois plus que vétuste et les conducteurs ne sont pas toujours d’une prudence folle.

Lire le carnet A l’ouest de la Malaisie

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.