Ce qu’il faut savoir avant de visiter Tam Coc

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email
Partager sur whatsapp

La région de Tam Coc est située à l’extrême sud du delta du Fleuve Rouge. Révélée au public français, notamment dans le magazine Géo en janvier dernier, Tam Coc est inscrite depuis quelques années dans la plupart des circuits proposés aux voyageurs. Et pour cause, la région de Tam Coc est sublime. Elle séduit par ses paysages magiques de rizières et ses immenses formations karstiques en forme de pain de sucre, image d’une Asie éternelle.

Tout le monde veut visiter Tam Coc

Victime de son succès, la rivière de Tam Coc ressemble aujourd’hui à une véritable autoroute, où affluent par centaines des autobus remplis de voyageurs venus des quatre coins du globe. On a transformé le plan d’eau du centre ville en bassin aménagé, entouré d’un décor un peu artificiel, reproduisant un village typiquement vietnamien. La rivière est envahie de barques chargées de passagers et la promenade ponctuée de marchés flottants où l’on vous oblige presque à acheter toujours plus de babioles et de souvenirs. Le rue principale fourmille de guesthouses et d’hôtels plein à craquer de visiteurs, viennent ensuite d’innombrables boutiques de souvenirs, des restaurants et des chaines de fast food.

A l'embarcadère de Tam Coc, la foule est là malgré la pluie
A l’embarcadère de Tam Coc, la foule est là malgré la pluie

Évidemment la foule est là, et elle a bien raison vue la beauté de ce site ! On aurait tord de ne pas venir. Aux alentours de midi, sur l’eau, c’est un peu comme au parc d’attraction, il y a peut-être une centaine de barques qui se suivent à la queue-le-le, remplies à craquer de voyageurs souvent venus en groupe, reconnaissables par la couleur de leur gilets de sauvetage. Lorsque l’on s’aventure à vélo dans le dédale de ruelles qui mènent au cœur des formations karstiques à travers les rizières, on se rend compte que la rivière Tam Coc ressemble à une grande route un peu embouteillée. Si l’on recherche le calme, ce n’est pas ici qu’il faut venir, ou alors il faut privilégier l’aube ou peut-être la fin de journée.

De l’autre côté de la rivière

Pour découvrir le vrai visage de Tam Coc, il faut sortir de l’eau et prendre la route pour aller se perdre dans les campagnes alentours, et ne plus hésiter à s’aventurer au hasard par les petits chemins qui serpentent à travers les rizières. C’est parti pour une bonne heure de moto en direction d’Hoa Lu, l’ancienne cité impériale, via les grottes de Trang An. Là-bas aussi c’est l’affluence des grands jours surtout en période d’après Tèt où le Vietnam entier (en fin on dirait) accourent par bus entiers sur le site. Il est temps de quitter la route et de s’engouffrer dans de petits chemins boueux qui serpentent au milieu des immenses rochers teintés de noir ébène et dissimulés dans une brume épaisse. Quelques minutes plus tard, plus rien, oublier la foule, le bruit et la circulation, il n’y a plus personne. Juste des rizières, de petits hameaux et ce paysage incroyable, peut-être l’un des plus beaux que j’ai vu de ma vie. Le voilà le Tam Coc que j’avais imaginé, celui que j’ai vu en feuilletant les pages des magazines ou en consultant les blogs sur le net. Irréel, impressionnant, quelque chose qui te prend au ventre, où tu te dis juste putain que c’est beau. Tu pourrais rester là des heures à contempler, à rêver, à aimer. Voilà ce que je cherchais depuis longtemps, un Vietnam de carte postale, au calme, une expérience un peu à nous… Quelque part sur terre, perdus.

Les pitons de Tam Coc
Les pitons de Tam Coc

Vous l’aurez compris, pour vraiment apprécier Tam Coc, il faut prendre le temps de s’échapper de l’épicentre, partir un peu à l’aventure (juste un peu) et rouler, rouler encore. Mais je vous l’assure, le jeu en vaut la chandelle ! Sinon à une quarantaine de kilomètres au nord, il est possible de visiter la réserve naturelle de Van Long, à l’écart des circuits classiques. Les pitons rocheux sont moins impressionnants mais pour le coup, vous serez seul ou presque !

Depuis Hanoï, on rejoint facilement la région de Tam Coc par le train via Ninh Binh. Il y a six départs par jour pour environ 3 heures de trajet. Les billets s’achètent directement dans les gares de Hanoï ou de Ninh Binh et coûtent moins de 3 euros !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email
Partager sur whatsapp

3 Comments

  1. Nathalie ( blog Mosaïques)
    26 juin 2015 @ 2:54

    Bonjour,
    Nous sommes allés à Tam Coc cette année fin mai et il y avait très peu de monde! Une autre piste pour bien en profiter serait de venir hors-saison. Le problème pour nous a été la grande chaleur ( autour des 40 ºc). Voici notre billet et c’est promis, on n’a pas effacé les gens sur les photos! 😉 https://carnetdevoyagenath.wordpress.com/2015/06/01/vietnam-hoa-lu-tam-coc/

    Reply

    • Petits Voyageurs
      26 juin 2015 @ 3:57

      C’est vrai que ça n’a rien à voir pour le coup ! Beaucoup plus tranquille ! J’y étais au mois de mars dernier et ce n’était pas du tout la même ambiance !

      Reply

  2. Bidou
    26 juin 2015 @ 4:06

    Merci pour les infos polo ! On souffre nous aussi de la chaleur à Hanoi on espere perdre quelques degres en quittant la ville. On est à Cat Ba demain puis à Tam Coc dans 3 / 4 jours…. Bisouilles

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.