L’île aux esprits et sa petite soeur

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email
Partager sur whatsapp
Retour à l’aéroport après deux jours passés dans la capitale. Ce soir nous partons vers le sud, étape pour la nuit sur l’île de Phuket avant de rejoindre les îles de la mer d’Andaman. Nous sommes littéralement agressés par les chauffeurs de taxi qui nous sautent dessus à peine sortis de l’aéroport. Taxis, minibus, service de limousine, tout est possible, à tous les prix. Nous filons vers le petit comptoir des « Taxis Meter » bien camouflés à droite de la sortie. Nous traversons l’île de nuit, à toute allure. Les abords de la double voie qui mène en ville ne sont qu’une enfilade d’établissements touristiques passant du restaurant à l’hôtel, du club de vacances au bar branché, ça ne donne pas vraiment envie de s’arrêter. On est un peu accroché au fond des sièges du véhicule, notre chauffeur ne semble connaître ni les limitations de vitesse, ni les distances de sécurité, ni même les règles élémentaires de bonne conduite sur la route. Enfin après 40 minutes, nous voilà à Phuket Town, plutôt soulagés. Nous descendons dans un hôtel bon marché réservé sur internet. La chambre est horrible. Pas de fenêtre, juste une bande de jour sous le plafond. Un mobilier sans charme et des murs blancs. Une petite télévision. Pas de décoration, du moins dans mes souvenirs.
[ezcol_1half]Half Column[/ezcol_1half] [ezcol_1half_end]Half Column[/ezcol_1half_end]
Il est aux alentours de minuit. Nous sortons chercher un restaurant pour avaler un repas avant d’aller dormir. Les rues du quartier sont glauques, quelques bars sont ouverts, intérieurs sombres, enseignes lumineuses et rabatteurs à l’entrée. Semble-t’il des endroits peu fréquentables. Nous parvenons à trouver un petit restaurant. Nous sommes les seuls clients, l’ambiance est tout à fait particulière. Deux serveuses s’occupent de nous puis restent assises non loin à nous observer en train de dîner. Drôle de moment. Nous finissons en vitesse nos assiettes avant de décamper sous une forte averse.
[ezcol_1half]Half Column[/ezcol_1half] [ezcol_1half_end]Half Column[/ezcol_1half_end]
Dans la baie de Phuket
En attendant le départ pour Koh Phi Phi dans la baie de Phuket, on croise des petits bateaux de pêche colorés
Départ au petit matin vers le port dans un pick-up aménagé en bus. Deux banquettes se font face dans la remorque arrière. Un petit toit de tôle et des dossiers en ferraille pour éviter les chutes. A l’embarcadère il y a foule, c’est la cohue pour obtenir un billet. Le ferry nous emmène à Ko Pee Pee, l’île aux esprits, archipel posée sur la Mer d’Andaman.

La traversée vers Pee Pee dure environ deux heures, nous nous installons sur le toit du ferry pour profiter de la vue. Rien de particulier du côté de la baie de Phuket, mais sur la mer on croise nombre de barges de pêche en bois peints qui croisent à travers une multitude de minuscules îlots de roche. Après une heure de trajet une falaise se dessine au milieu de la mer. La côte escarpée du nord de Ko Pee Pee compte six sommets arrondis tombant dans la mer, une muraille en plein océan. L’arrivée dans la baie de Tonsai est particulièrement impressionnante, alors que le ferry contourne les parois calcaires de l’île, on aperçoit une petite bande de sable blanc, des cocotiers, des petits bateaux en bois, des cabanes de pêcheurs et une eau bleue, d’un turquoise intense. Ca c’est pour la carte postale, une fois sur le ponton c’est une autre histoire. Plusieurs ferrys débarquent simultanément une foule de passagers au milieu d’une petite armée de rabatteurs travaillant pour les nombreux hôtels de l’île. Le village de Tonsai occupe la majeure partie de la langue de sable qui relie les deux parties de l’île. Reconstruit à la va-vite, il a poussé de façon plus qu’anarchique et porte encore les marques du tsunami de 2004.

En Long Tail à Koh Phi Phi
Le Long Tail Boat est le seul moyen de transport sur Koh Phi Phi

Beaucoup de pêcheurs reconvertis emmènent les touristes en expédition à Pee Pee Lee à bord de leur petites embarcations longue queue. A l’est du débarcadère, c’est au milieu des petites cabanes de pêcheurs que nous entraîne le jeune thaï qui sera notre guide pour découvrir la petite Phi Phi.

Dans ce dédale de ruelles, au milieu de maisonnettes en bois peintes en blanc sur pilotis, quelques enfants jouent sous les cages à oiseaux suspendues devant chaque fenêtre. Les familles observent discrètement le groupe entrain de s’équiper avant de partir. Par manque de place, des objets sont entreposés partout, dans la rue, sous les maisons ou dans des abris de fortune. Les maisons sont en mauvais état. Elles sont parfois rafistolées avec des bout de taules et côté mer, les fondations sont mangées petit à petit par l’érosion.
L’île aux esprits et ses immenses falaises de karst dissimulent de nombreuses grottes qui étaient autrefois le refuge des gitans de la mer et de nombreux pirates. Elles abritent de nombreuses espèces d’animaux. Les hirondelles y nichent en nombre. La récolte de leur nid reste l’activité traditionnelle des habitants de l’île. Notre embarcation s’arrête devant l’une d’entre-elles, rebaptisée cave des Vikings pour le tourisme. Les hommes y ont construits des échafaudages de bambous sur lesquels ils jouent les funambules pour récupérer les précieux nids, mets particulièrement prisés en Chine et dans toute l’Asie de Sud.
Maya Bay à Koh Phi Phi
Aujourdhui, Maya Bay est victime de sa célébrité. Envahie de touristes, elle a perdue sont calme mais pas sa beauté
A mesure que nous approchons de Pee Pee Lee, les petites embarcations de bois se font de plus en plus nombreuses. En entrant dans la baie de Phe Lee, on croise même des bateaux plus imposant charriant des groupes entiers de visiteurs. Le parcours est minuté, on nous laisse environ une demi-heure pour plonger. Cette petite baie dissimulée derrière de hautes falaises a tout pour plaire. L’eau a des reflets d’or, de turquoise et de vert. On aperçoit clairement le fond et ses petits rochers comme dans une piscine naturelle.
De l’autre côté de l’île, c’est Maya Bay, elle aussi sur-fréquentée, et tout aussi incroyable. La baie à la forme de fer à cheval, entourée de falaises qui se referment presque sur la mer. Les marées ont creusé le pied des falaises formant des cavités et sculptant la roche. De plus en plus de bateaux arrivent au mouillage, un groupe de jeunes gens, tous ivres, prennent possession des lieux sur leur petit yacht, avec musique à fond, bouteilles d’alcool fort et jeunes femmes en bikini.
Comme plusieurs dizaines d’autres bateaux, nous assistons au coucher de soleil sur l’eau entre les deux îles Phi Phi.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email
Partager sur whatsapp

4 Comments

  1. Elsa
    30 janvier 2015 @ 9:45

    C’est superbe ! merci pour cet article ! Je part en thailande 12 jours mais je pense pas que j’irais dans le sud, dommage

    Reply

    • Petits Voyageurs
      30 janvier 2015 @ 11:39

      Merci à toi ! Tu as bien raison, en 12 jours il faut faire des choix et mieux vaut se concentrer sur un seul coin du pays plutôt que d’essayer de tout faire ! Bon séjour à toi ! A bientôt !

      Reply

  2. Blog Voyage
    15 septembre 2015 @ 9:16

    Article vraiment intéressant. Ce sont des choses à faire impérativement en Thaïlande. Là ou je rêve d’admirer un coucher de soleil dans ces genre de cadre, ou encore de profiter des fonds marins, les plages bondées de monde avec des gens ivre me fait tout de suite beaucoup moins vibrer….

    Reply

    • Petits Voyageurs
      18 septembre 2015 @ 12:29

      C’est vrai que c’est souvent un problème en Thaïlande, mais fort heureusement il reste encore plein d’endroits au calme même dans des îles très touristiques !

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.