Sculptures et tramway de Montpellier

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Cet article participe au rendez-vous mensuel En France aussi proposé par les blogueuses de  Voyage Féminin, La Terre sur son 31 et Le coin des voyageurs.

Tramway et urbanisme à Montpellier

Question urbanisme, Montpellier à toujours vu les choses en grand. Un quartier inspiré par la Grèce antique, conçu par l’architecte catalan Ricardo Bofill. Un nouvel hôtel de ville imaginé par Jean Nouvelle et François Fontès. Ou encore le bâtiment des archives départementales tout droit sorti de l’imagination de Zaha Hadid.

Et le tramway de Montpellier n’échappe pas à cette règle. A chaque nouvelle ligne, la ville en profite pour redessiner les espaces et faire sortir de nouveaux quartiers de terre. Le design de rames elles-mêmes est confié à des artistes de renom : Garouste & Bonetti pour les lignes 1 et 2, Christian Lacroix pour les lignes 3 et 4.

En l’an 2000, au moment de la construction de la première ligne de tramway de Montpellier, l’agglomération a voulu voir plus loin qu’un simple moyen de transport au service des habitants.

Alors que beaucoup n’avaient imaginé le tramway que comme un moyen de locomotion, il s’est avéré être beaucoup plus précieux. S’il se multiplie aujourd’hui dans les différentes grandes agglomérations françaises, c’est aussi parce que contrairement au métro, par exemple, il permet de redessiner la ville, de la penser autrement.

Extrait d’un communiqué de l’agglomération de Montpellier

La ville fait alors appel à cinq artistes contemporains pour créer un parcours artistique le long du tracé de la première ligne de tramway. Et je dois dire que malgré un lancement en grande pompe et une communication énorme sur ce qui était un « évènement culturel » pour la ville, le résultat me laisse dubitatif.

A bord de la ligne aux hirondelles

Inaugurée en l’an 2000, la ligne aux hirondelles, longue de 16 kilomètres, relie le quartier populaire de La Mosson à Odysseum, sorte de village de loisirs, sorti de terre il y a une quinzaine d’années au sud de la ville. Cette ligne valut à Georges Frêche, ancien maire de la ville, l’un de ses dérapages verbaux les plus célèbres. « Ici, c’est le tunnel le plus long du monde : vous entrez en France et vous sortez à Ouarzazate. » déclara-t’il lors de l’inauguration (Agora Vox, Georges Frêche, réactions au départ d’un provocateur débridé, octobre 2010).

11h15, arrêt La Paillade, sur la ligne 1 du tramway de Montpellier

Fin de matinée fraîche au nord de Montpellier. Les quais de la station sont presque vides. A l’extérieur du quartier de La Paillade, vers le stade de la Mosson, j’attends le tramway qui tarde à arriver. C’est à quelques pas de là, au beau milieu du rond point qui marque la fin de l’avenue de l’Europe, que l’on croise le chemin de La Constellation Humaine, imaginée par l’artiste chinois Chen Zhen. Je lève la tête et mon regard croise les deux immenses paraboles surmontées de 70 chaises dont les modèles ont été proposés par des habitants du quartier. Cette sculpture fait écho à l’une de ses précédentes œuvres La Table Est Ouest et plus généralement à l’ensemble de son œuvre qui entend renouer le dialogue à travers l’art. Je n’avais jamais regarder cette sculpture comme cela, pour moi elle fait partie du paysage urbain. Je ne la vois même plus comme un objet d’art à vrai dire.

La Constellation Humaine, Chen Zhen
La Constellation Humaine, Chen Zhen

Le tramway file vers le centre du quartier et passe devant le marché des Halles. C’est l’un des plus grands de la ville, si vous avez un peu de temps, passez chez le poissonnier près de la sortie qui donne sur le théâtre Jean Vilar. Il cuisine tous les midis une paella et une zarzuela vraiment extra, à tout petit prix.

Universités des sciences et des lettres

Je descend à la station Universités des Sciences et des Lettres pour aller photographier la plus populaire des statues de la ligne 1 du tramway de Montpellier. Celle que l’on surnomme Le Donut ou La Saucisse, ou les deux… Et effectivement, c’est la première chose à laquelle je pense, chaque fois que je passe devant la faculté des sciences. L’ Hommage à Confucius d’ Alain Jacquet raconte pourtant une toute autre histoire. Il symbolise la recherche et la prépondérance de l’intelligence et du savoir, en écho à une tradition multicentenaire de recherche et d’excellence à Montpellier. Pour la petite histoire, Montpellier héberge la plus ancienne Faculté de Médecine du monde, crée au XIIème siècle. Bon pourquoi pas… Je regarde la sculpture une dernière fois, et non, je ne vois pas tout cela. Je note tout de même que ce rond point figurait parmi les plus moches de France selon le classement établi par l’hebdomadaire Le Point en 2013.

L'Hommage à Confucius
L’Hommage à Confucius dit Le Donut et la Saucisse

Il n’y a pas grand chose à faire dans ce quartier. Toutefois, le Trioletto, petit théâtre géré par le CROUS de Montpellier, propose depuis quelques saisons une programmation intéressante. A quelques pas de là, à la station Saint Eloi, arrêtez vous déjeuner à La Brasserie des Arts, petit restaurant sympathique avec un déco design assez charmante.

Corum et Beaux-Arts

En remontant les escaliers qui vont de la station Corum à l’esplanade Charles de Gaulle, on tombe sur 5 statues décapitées et mutilées qui constituent les Allégories d’ Allan Mac Collum. La première fois que je suis passé devant, je me suis dit que c’était du plus mauvais goût. Il faut préciser que je ne suis pas très sensible à l’art contemporain, sûrement parce-que je n’y connais rien. Ces statues sont des répliques de celles trouvées dans les jardins du Château Bonnier à la Mosson, l’une des Folies de Montpellier, construit par le baron du même nom entre 1723 et 1727.

Allégories d'Allan MacCollum
Allégories d’Allan MacCollum

Le Corum marque un point de passage entre l’Ecusson, centre historique de la ville et les faubourgs Boutonnet et Beaux Arts. Prenez un peu de temps pour découvrir ces deux quartiers très agréables, devenus certes un peu bobos, mais beaucoup plus calmes que le centre-ville. Allez déguster un poulet biriani chez Krishna, un petit boui-boui qui est sûrement le meilleur restaurant indien de la ville. Au moment de l’apéro, profitez d’un verre de vin et de quelques tapas sur la place des Beaux-Arts.

Le monde sur une chaise, rue de Maguelone

Lorsque je remonte la rue Maguelone en direction de la place de la Comédie, je me pose toujours la même question : « Pourquoi ont-ils installé des chaises, dos à dos, au pied de chaque palmier ? ». Les 32 sièges de bronze et de verre qui jalonnent la rue de Maguelone constitue en fait une œuvre intitulée Le Voyage, crée par Sarkis, un artiste turc d’origine arménienne. Chacune des chaises renvoie à une merveille culturelle quelque part dans le monde. La proposition de l’artiste est une invitation à s’asseoir sur l’une d’elles et à imaginer le lieu. Un voyage en pensée en quelque sorte. Très bien monsieur Sarkis, je m’exécute. Mais avant, je dois remonter toute l’allée et regarder chacune de vos chaises afin de choisir le lieu ou je veux voyager cet après-midi. Mais la plupart des sièges ont été saccagés, certains n’ont plus de dossiers et les rares encore en bon état sont dissimulés par les terrasses des cafés. Je m’assieds sur le siège qui représente le palais de Potala à Lhassa. Je ferme les yeux et je le vois. Mais la cloche du tramway et les vibrations du sol me ramène vite à la réalité. Il faudra revenir de nuit, à la fin du service de la ligne.

Le Voyage de Sarkis
Le Voyage de Sarkis

Les quartiers Gare et Comédie sont loin d’être mes favoris à Montpellier. Sur la place de l’Oeuf, on trouve surtout des établissements que je qualifierais d’attrapes-touristes. Ils pratiquent des prix élevés et la qualité n’est pas toujours au rendez-vous. Toutefois, en redescendant la rue Boussairolles, au niveau du Cinéma Le Royal, vous trouverez La Fabrik, un bar que j’ai découvert récemment. Parfait pour l’apéro, il propose des pichets de mojito à moins de vingt euros. Vers la gare, au-delà du pont de Lattes, descendez la rue de la Méditerranée et arrêtez vous déjeuner au restaurant Sur La Place. Un endroit que j’aime bien et qui propose un mix de cuisine asiatique et européenne.

Rendez-vous avenue de la Mer

Je remonte à bord du tramway qui prend la direction d’Odysseum en actionnant sa satanée cloche, celle qui me tapait sur le système tout les matins quand j’allais bosser. Dans le tramway de toute manière, on est jamais tranquille. Entre la voix de synthèse qui répète sans arrêt le nom des stations, le signal de fermeture des portes, le signal d’arrivée en station, les enfants qui braillent, les ados qui balancent leur musique à fond sur des enceintes portatives… Où alors il faut un baladeur sur les oreilles, un bon livre et une place côté fenêtre, mais ça, ça n’arrive jamais. Après cela, je suppose que vous aurez du mal à croire que j’aime prendre le tramway de Montpellier, et pourtant c’est le cas.

Le tramway descend la rampe à proximité de l’hôtel Pullman, il passe devant le Polygone puis les halles Jacques Coeur. Nous sommes au cœur du quartier d’Antigone, sur ma droite je vois la nouvelle médiathèque et la piscine olympique. Il faut une vingtaine de minutes depuis la gare pour rejoindre le quartier de Port Marianne et son avenue de la Mer entièrement rénovée il y a deux ans. Certains aimeraient y voir une sorte de Champs-Elysées made in Montpellier, nouveau centre névralgique de la ville, mais rien n’y fait. Les petits commerces mettent la clef sous la porte à tour de bras, ne reste que de grandes enseignes. La mayonnaise ne prend pas.

C’est sur la place Ernest Granier que Ludger Gerdes a posé son installation, sans titre. On l’appelle communément le rond point des drapeaux. C’est une allusion au drapeau et donc à Marianne, d’où la proximité avec le quartier Port-Marianne. Mais je n’en saurais pas plus. Pas de titre, pas d’explications, juste quelque chose à regarder, sans l’interpréter.

Rond Point Ernest Granier Montpellier
Rond Point Ernest Granier Montpellier

logo-EnFranceAussi


Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email
Partager sur whatsapp

15 Comments

  1. Alaindici
    1 janvier 2015 @ 11:17

    Bravo pour ce bel article qui donne envie de séjourner à Montpellier et de se payer une petite balade en tram.

    Reply

  2. Sév
    1 janvier 2015 @ 12:53

    Merci pour la visite de Montpellier via son tram !
    Je reste aussi dubitative devant certaines “oeuvres”, comme le donut et la saucisse…

    Reply

    • admin
      3 janvier 2015 @ 11:17

      D’autant plus dommage que j’ai regardé certaines autres œuvres de cet artiste et qu’il y a vraiment des choses beaucoup mieux ! A bientôt !

      Reply

  3. Ophélie
    1 janvier 2015 @ 10:48

    Rhoo c’est vraiment sympa ces petites sculptures… c’est toujours agréable un paysage comme tel car parfois le métro peut être triste et routinier…
    Merci pour cette petite visite !!

    Reply

  4. Christophe@LesVadrouilleurs
    2 janvier 2015 @ 8:57

    L’art moderne n’est pas trop mon truc mais il en faut pour tous les goûts 😉
    Merci pour cette découverte de Montpellier et bonne année 2015 !

    Reply

    • admin
      3 janvier 2015 @ 11:17

      Merci et bonne année à toi aussi ! 🙂

      Reply

  5. Nath'
    2 janvier 2015 @ 11:12

    Oh, mais y avait pas ça quand j’habitais à Montpellier ! J’adore ! Merci pour cette jolie découverte, ces sculptures sont originales et très réussies !

    Reply

    • admin
      3 janvier 2015 @ 11:14

      🙂 Effectivement, Montpellier se transforme à toute vitesse depuis dix ans c’est affolant. Il m’arrive de regarder de vielles photos et de ne pas reconnaître certains quartiers… Merci à bientôt !

      Reply

  6. SYLVIE
    2 janvier 2015 @ 11:52

    C’est sans doute parce que moi non plus je n’y connais rien en art contemporain (ou tout autre art d’ailleurs), mais j’avoue que ce ne sont pas ces sculptures qui me donnent envie d’aller à Montpellier, mais plutôt la certitude que cette ville doit contenir plein de trésors plus à mon goût… Les artistes qui réalisent toutes ces oeuvres ont toujours une idée bien précise en tête et il y a toujours une explication pour chacune ; le souci c’est que lorsqu’on voit une oeuvre sans avoir l’explication qui va avec, c’est souvent bien difficile à comprendre, et parfois même avec les explications ce n’est pas vraiment mieux, comme pour ces statues décapitées ou ce donut et saucisse… Merci en tout cas pour cette visite très singulière.

    Reply

    • admin
      3 janvier 2015 @ 11:12

      En tout cas j’ai découvert pas mal de choses en écrivant cet article. Content que ça plaise ! A bientôt !

      Reply

  7. Florence Gindre
    3 janvier 2015 @ 1:35

    Merci pour cette belle balade dans Montpellier à travers son tramway.
    Je suis également dubitative face à certaines des sculptures et pour l’une d’entre elles, j’ai Homer Simpson qui la commente… (quelle idée, tout de même)

    Reply

  8. ita malka
    4 janvier 2015 @ 11:58

    Et bien j’en reste sans voix!!! Surtout pour la sculpture avec le donut!!!! C’est insolite!!!!!Très belle année à toi, plein de voyages et de partages!!!

    Reply

  9. Mali
    4 janvier 2015 @ 8:41

    J’ai une petite préférence sur La Constellation Humaine 🙂

    Reply

  10. DESSAIVRE
    26 octobre 2020 @ 9:05

    Allez GO ! On passe 3 jours à montpellier et rien que tes photos nous donnent envie d’y etre. Merci Paul, on ser racontera ca un de ces 4. Aurélia du COSTA RICA avec Jerome et Basile. Par contre si un jour c’est l’Aveyron ta destination. On s’y voit ok ?

    Reply

  11. Miss Terre
    5 janvier 2021 @ 4:42

    Bonjour et merci pour ce petit voyage à bord du tram 1…à quand les autres lignes ?
    Je suis tombée sur ce billet en cherchant à résoudre un petit mystère posé par mon grand-père : il recherche le nom de l’oeuvre et de l’artiste pour des structures de verre qu’il a vues à la télévision sur un rond-point de Montpellier sur le parcours d’un tram ; je n’ai pas plus d’éléments pour l’instant. Quelqu’un aurait-il une idée?

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.