Anatomie d’un week-end dans le Donegal

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Tu es à la recherche d’un endroit étonnant pour passer quelques jours en Irlande ? Pourquoi ne partirais tu pas en week-end dans le Donegal ? A un peu plus de 3 heures de route de Dublin, cette région d’Irlande vaut vraiment le détour. J’ai disséqué spécialement pour toi le sud de ce comté que j’affectionne tout particulièrement. J’en ai extirpé un itinéraire parfait de road trip, une ou deux adresses et quelques notes extraites de mes petits carnets.

Week-end dans le Donegal : mon itinéraire idéal

Conseil avant de prendre la route pour le Donegal : ne pas être pressé et ne pas se laisser décourager par le temps. Il est un brin capricieux mais avec de la patience (et de la chance), il finit pas être généreux.

  • Départ : Fintown / Arrivée : Tullymore
  • Distance : 94 kilomètres / Temps de trajet (sans pause) : 2 h 15

Durant ton week-end dans le Donegal, un road trip tu entreprendras. Il n’y a que comme cela que tu pourras découvrir la région. Tu peux aussi tenter cet itinéraire en stop. Mais autant te prévenir, les voitures sont rares sur les routes du Donegal. Pas besoin de louer un 4×4, une petite voiture suffit amplement, sauf si tu ne voyages pas léger. Quel autre conseil te donner ? Peut-être celui d’oser te perdre. De toute façon, même si tu n’en as pas envie, cela arrivera irrémédiablement. C’est là tout le charme du Donegal.

Un itinéraire dans le Donegal en version télédictée (façon GPS)

Depuis Fintown, prendre la R250 vers l’est en longeant le lough Finn et poursuivre jusqu’au village de Genties. Continuez par la N56 pour rejoindre la petite bourgade d’Ardara. Profitez-en pour faire une pause et faire quelques courses, car ensuite les choses deviennent plus compliquées. En tout cas en ce qui concerne la quête d’un commerce digne de ce nom. A la sortie du village, suivre le panneau “Wild Atlantic Way” en prenant la direction du Glengesh Pass via la R230. Après 17 km, prendre la direction du village de Carrick où l’on peut découvrir les incontournables falaises de Slieve League. La suite de l’itinéraire suis le tracé de la WAW (Wild Atlantic Way) en passant par Killcar et Killibegs, pour finir tout au bout de Saint John’s Point.

Fintown : le Donegal en plein coeur

Fintown (54.8706° de latitude nord, 8.1133° de longitude ouest) est une petite bourgade tranquille située dans les terres centrales du comté de Donegal. C’est ici que j’ai choisi de poser mes valises en ce week-end de novembre. Un week-end venteux et froid, comme l’Irlande en connaît de nombreux à l’automne. C’est depuis cette petite ville paisible que je vous propose d’explorer le sud du Donegal. Car si vous n’êtes là que le temps d’un week-end, il vous faudra probablement faire des choix. Surtout si la pluie est de la partie.

Fintown, en plein coeur du Donegal

Quoi, tu ne connais pas Fintown ? C’est pourtant the place to be ici au Donegal. La ville compte au moins deux pubs, un église catholique, un auto école et sa propre société de transport. On en oublierait presque son petit train qui te propose de découvrir le lac et les montagnes le long d’un parcours panoramique de 5 kilomètres. Je ne sais pas toi, mais moi tout ça me fait rêver ! Et en plus à Fintown, tu es à deux pas de tous les incontournables du Donegal :

  • Slieve League – Fintown : 50 kilomètres, 1 heure sans brouillard
  • Malin Bay – Fintown : 60 kilomètres, 1 heure 15 sans les photos
  • Glengesh Pass – Fintown : 30 kilomètres, 30 minutes si tu ne te perds pas en route
  • Glenveagh National Park – Fintown : 40 kilomètres, 40 minutes si tout va bien

Au pied du Glengesh Pass

Nous avons pris la route en direction d’Ardara, dans l’idée de rejoindre les falaises géantes de Slieve League. Nous avons débouché presque par hasard sur le Glengesh Pass, peut-être l’une des plus belles vallées de toute l’Irlande. La route s’y engouffre en deux montagnes verdoyantes et ravinées. Par chance, la brume s’est peu a peu dissipée pour nous laisser profiter d’un spectacle de toute beauté. Nous avons encore fait un arrêt en bord de route pour observer les moutons de plus près. Ils ont la tête blanche cette fois-ci et ne sont pas farouches pour un sous. Un bélier se laissera même caresser timidement, avant de rejoindre le troupeau.

Routes irlandaises : le Glengesh Pass

La route ensuite prend de la hauteur en quelques instants, en une succession de trois ou quatre lacets. Nous surplombons désormais toute la vallée, jusqu’à apercevoir sous l’horizon les rivages de l’Atlantique, dans l’étroite baie d’Ardara. La suite du voyage est tout à fait surprenante, les landes entourant le Crocknamurrin Mountain Bog ont tout du parfait no man’s land. J’avais cru le Connemara désertique et isolé, mais c’était avant de découvrir le Donegal…

La tête dans les étoiles à Slieve League

Culminant à 600 mètres au-dessus de l’océan Atlantique, les falaises de Slieve League sont les secondes plus hautes falaises d’Europe. C’est une étape incontournable lors d’un voyage dans le Donegal. On peut y accéder à pied ou en voiture depuis le petit village de Carrick.

Panorama sur les falaises de Slieve League en Irlande

Il existe deux itinéraires pour arriver aux falaises de Slieve League :

  • par l’intérieur en suivant le Pilgrim Path, un chemin de pèlerinage qui mène au sommet
  • par la petite route tortueuse qui longe la mer via Bun Glas

Slieve League : incontournable lors d'un week-end dans le Donegal

Même sous un épais brouillard, le spectacle est assez saisissant et difficilement descriptible. En s’éloignant du parking et des plateformes d’observation, un petit sentier grimpe plus haut vers le sommet des falaises. Mais en fonction du vent, il peut être difficilement praticable. Il faut rester prudent, mais en saison, c’est le seul moyen de s’éloigner un peu des foules. En tout cas, si tu viens comme moi en novembre et par temps de pluie, tu ne trouveras personne sur le site…

Donegal : la Wild Atlantic Way comme colonne vertébrale

La Wild Atlantic Way est l’une des routes les plus spectaculaires de toute l’Irlande. C’est je crois, un passage obligé pour quiconque choisit d’entreprendre un road trip dans le pays. Elle relie Cork à Derry sur près de 2500 kilomètres. Et bien sûr elle passe par le Donegal, dont les côtes escarpées figurent parmi les plus impressionnantes et les plus sauvages du pays.

Un petit bout de WAW : de Slieve League à Saint John’s Point

Durant mon voyage dans le Donegal, je parcouru la WAW dans sa partie sud (entendez sud du Donegal et non pas d’Irlande). Je suis parti des falaises de Slieve League jusqu’à atteindre la petite baie de Teelin. Un petit port perdu totalement désert que je n’ai découvert que parce j’avais raté un embranchement à la sortie de Carrick. La Wild Atlantic Way est comme cela, capricieuse et discrète. Elle te perd en un instant et c’est tant mieux. Prions pour que Saint Google n’intègre jamais l’itinéraire exact de la route dans son GPS pour smartphone.

La Wild Atlantic Way dans le Donegal
Week-end dans le Donegal : road trip sur la WAW
Road trip en Irlande : le Donegal
Sur les côtes d'Irlande

Entre Kilcar et Killibegs, la Wild Atlantic Way offre des panoramas saisissants, mélange d’isthmes, de plages et de falaises. La baie de Fintra est d’une rare beauté. On peut en profiter en dégustant un café dans une minuscule caravane installée au bord de la route. Pour tout vous dire, le café n’y est pas excellent. On vient surtout pour la vue. Mon objectif du jour était de rejoindre Saint John’s Point, un phare isolé situé tout au bout d’une pointe rocheuse avançant dans l’océan. Au coucher du soleil, je vous le promets, c’est un endroit superbe. Même si les vaches qui broutent là ont quelque-chose de vraiment inquiétant…

Si tu recherches plus d’infos sur la Wild Atlantic Way dans le Donegal, je te conseille d’aller lire l’excellent article de Cédric, sur son blog From Yukon.

Le cottage ou l’empreinte du Donegal

Tout comme les croix d’Irlande, les cottages du Donegal sont une espèce en voie de disparition. Les habitants des campagnes lui préfèrent bien souvent de petites villas plus modernes, où l’on a délaissé la pierre pour le béton. La recherche du confort, de l’espace et de la chaleur ont eu raison des vieilles bâtisses au toit de chaume, qui autrefois pullulaient dans les campagnes irlandaises.

Cottage dans le Donegal

Mais aujourd’hui, certains habitants du Donegal ont décidé de les remettre au goût du jour. C”est le cas de Pete et Anna qui ont choisit de rénover un vieux cottage à l’abandon, sur une colline du côté de Fintown. Durant deux années, ils ont vécu dans la petite dépendance que nous occuperont durant le week-end. C’est une maisonnette charmante, dissimulée sous les sapins dans un coin du jardin. Même si elle paraît un peu rustique vue de l’extérieur, un fois le palier franchi elle se transforme en un cocon cosy. Un poêle à bois de fabrication française trône au milieu du salon, inondant la pièce d’une chaleur réconfortante. Un lit en mezzanine installé sous une lucarne offre une vue panoramique sur le ciel étoilé, qui pour une fois est presque totalement dégagé.

Où dormir lors d'un week-end dans le Donegal ?

Il est possible de dormir chez Pete et Anna. C’est d’ailleurs en tout point le meilleur hébergement de mon voyage en Irlande. Tu peux retrouver ce cottage sur le site Airbnb (je ne touche aucune commission si tu cliques sur ce lien).

Notes de voyage : dans un pub d’Ardara

Fin de journée dans un pub d’Ardara. Plutôt un genre de PMU de village si vous préférez. A peine entrés que tous les regards sont déjà tournés vers nous. Nous nous installons autour d’une table en vitrine, dans un coin discret, enfin sauf pour les passants. Je commande un Guiness et un Baileys à la tenancière déjà ivre, qui n’aura pas même un regard pour moi. On vous parlera sans doute avant votre départ en voyage de l’ambiance cosy qui règne dans tous les pubs d’Irlande. Celui-ci visiblement a échappé à la règle. Au mur, pour seule décoration, on trouve des photos des rares trophées glanés par l’équipe de rugby locale datant des années 1970.

Un vieil ivrogne, 80 ans passé (quoi que l’alcool marquant fortement le visage, il est difficile de lui donner un âge) vient s’enquérir auprès de nous de la raison de notre passage dans son village. « Vous êtes français ! » nous dit-il. « Savez vous où est née la femme du général de Gaulle ? », nous répète-t-il trois fois avant que l’on ne comprenne quoi que ce soit. « Connaissez-vous bien l’histoire de votre pays ? ». Visiblement non. « Saviez-vous que le femme du général de Gaulle était irlandaise ? ». Tiens donc ! Il voit bien par notre air incrédule que nous doutons de son histoire. « Vous ne me croyez pas ? Sortez vos téléphones et regardez sur votre fucking Google ! ». Nous n’avons pas d’internet. Il insiste. On finit par le rassurer en lui disant que nous croyons sans aucun doute à son histoire.

pub-ardara-irlande

Bien que fortement alcoolisé, l’homme est au demeurant sympathique mais nous finissons par lui fausser compagnie, lorsqu’il devient trop envahissant. Je suis obligé d’aller trouver la patronne au pas de la porte, encore plus ivre que ses clients. Elle en a carrément oublié que je devais encore régler pour les consommations. J’en ai fréquenté des pubs pendant mon séjour, mais celui-ci je ne l’oublierai pas !

Dans l’estomac du Donegal

Je ne pouvais pas finir le récit de ce week-end en Irlande sans te donner une de mes bonnes adresses. Dans le Donegal, j’ai trouvé le bonheur dans une petite cantine populaire du village de Carrick. Le Wild Atlantic Tae est ce que l’on pourrait appeler chez nous une adresse à la bonne franquette. Une carte très réduite avec quelques plats et surtout un All Day Breakfast à 8 euros que je te sur-recommande ! C’est un endroit parfait pour ce mettre au chaud et déjeuner après avoir découvert les falaises de Slieve League.

Epingle-moi sur Pinterest…

Un week-end dans le Donegal
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email
Partager sur whatsapp

3 Comments

  1. Vadrouille et Tambouille
    1 octobre 2017 @ 7:45

    Du vert, de l’humidité, des moutons, que demander de plus à une ville d’Irlande ? Très jolies photos, ça donne envie.

    Reply

  2. Cedric
    5 octobre 2017 @ 1:17

    Merci pour la recommandation (et toujours un plaisir de te lire, by the way !).

    Reply

  3. Blog voyage luxe
    21 février 2020 @ 9:13

    C’est l’un de mes endroits préférés et sous estimés par les touristes.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.